Soirée don d'organe, don de moelle osseuse : renaissance, fierté, émotions...

Soirée don d'organe, don de moelle osseuse :  renaissance, fierté, émotions...

Dans le cadre des actions du CESDD (comité d'éducation à la santé et à la citoyenneté), et en lien avec l'équipe de la Cinematek une formidable soirée a été organisée le jeudi 29/04/2018.

Des internes, des membres du personnel, des élèves de 1ES1 et leur enseignante ont pu d'abord voir le film Réparer les vivants de Katell Quillévéré ( BO : http://www.telerama.fr/cinema/films/reparer-les-vivants,510399.php), adapté du roman de Maylis de Kerangal puis ont assisté à un échange très chaleureux avec deux greffés, Michel. SITBON et Nathalie GINER-CASTANY. (à gauche sur la photo). Ces derniers ont évoqué leur parcours avec humour et dynamisme. Ils ont décrit avec beaucoup de pudeur leur situation désespérée avant la greffe et leur "renaissance" à l'issue de celle-ci. Ils ont aussi dit leur reconnaissance absolue pour cette deuxième vie. Deux infirmières du service du don d'organes, Elisabeth DECHAMBOUX et. Dorianne JAKKEL. de l'hôpital d'ANNECY (à droite sur la photographie) ont alors témoigné et répondu à toutes nos questions. Nous avons pu mesurer la dimension très humaine de leur métier et les multiples compétences psychologiques et techniques qu'il requiert.


Les élèves de 1ES1 ont beaucoup participé : ils ont la chance, grâce à S.Pedrali, d'étudier précisément le roman dont est tiré le film.

Enfin, autre moment fort, notre collègue Hubert Heissat a alors, à notre demande, lui-même évoqué le don de moelle osseuse auquel il a participé. Il nous a lu la lettre de remerciements de la personne qui a bénéficié de son don et a dit avec sensibilité son sentiment d'utilité.

Rappels importants : La demande de don d'organe s'effectue dans des conditions dramatiques : la famille doit prendre une décision au moment où on l'informe de la mort d'un proche. Pour rendre cette décision moins difficile il est important d' indiquer oralement aux siens son souhait d'acceptation du don d'organe (écrit possible aussi). Car c'est en réalité les proches qui prennent la décision lors de l'échange avec l'équipe soignante. Ceux-ci peuvent indiquer les organes qu'ils acceptent que l'on prélève ou leur réticence à le faire, dans la plus grande transparence.

37% de personnes refusent encore ce don ! Or, seuls 5 739 organes sont prélevés chaque année pour 22 617 demandeurs (chiffres ADOT) ! Contribuons tous à changer la donne !

Les membres du CESCDD

 

Pour en savoir davantage :
- Agence de biomédecine : https://www.dondorganes.fr/
- Fédération des Associations pour le Don d'Organes et de Tissus humains https://www.france-adot.org/

Retour